J’ai succombé à la e-pomme

Ceylan
février 29, 2016

Je parle évidemment d’Apple… Mon cœur a penché pour l’Iphone 6s Plus… Mais pas n’importe lequel! Le Rose Gold ma gueule. (Elle exagère pas du tout celle-là hein)

Que celui qui n’a jamais pêché me jette la première pierre… OUI d’accord, je l’avoue j’ai été faible mais ça fait du bien de l’être de temps en temps vous ne trouvez pas ? Oh oui, suivez mon conseil, il faut savoir soulever les barrières quelques fois pour vraiment savourer la vie. Il faut pêcher de temps à autre, il faut se laisser aller et se dire qu’on ne vit qu’une fois!

Bon ok, un Iphone n’était pas vraiment essentiel à mon bonheur… Quoique… Si je dis qu’il était essentiel à ma vie, vous me croyez? Non mais vraiment, je savais qu’il me manquait quelque chose mais je ne savais pas encore quoi. Jusqu’à ce qu’un Iphone Rose Gold surgisse devant mes yeux. Il était illuminé mille feux (dans mon esprit) comme si un ange venu des cieux faisait son apparition.

J’entendais des voix qui me disaient « achète, achète, achète! ». Non, je n’avais pas pris de drogues… Et de l’autre côté, j’entendais une minuscule voix me dire « Tu vas le regretter« . Et comme à mon habitude, il est évident que j’aie écouté la majorité (Vous vous demandez combien on est dans ma tête hein ?). La majorité l’emporte à chaque fois chez moi, il n’est jamais question de consensus (c’est plus compliqué).

Le déclic

Jusqu’à il y a peine quelques jours, je possédais un Samsung Galaxy A7 et c’était juste plus possible… 6 mois d’utilisation, 6 mois de galère, 6 mois de lenteur… Je ne supporte pas qu’un téléphone soit lent, ou du moins, pas TROP lent. Le Samsung était bien au début mais après c’était la cata.

Moi qui utilise énormément d’applications différentes, je jongle entre chacune sans arrêt, le tel commençait à en perdre la tête AHAH. Surtout que j’ADORE prendre des photos et vidéos de tout et de n’importe quoi… Bref, je lui faisais mener la vie dure au petit, il n’y a pas résisté. Paix à son âme.

Je me suis levé un jour et je me suis tout simplement dit que j’allais le vendre. Ni une, ni deux, 1 heure plus tard il était vendu AHAH. Après, je n’avais plus d’autre choix que de céder à la tentation.

Résultat

Cela ne fait que 4 petits jours que j’utilise l’Iphone donc je ne peux pas encore vraiment vous donner mon avis sur le joujou mais pour l’instant, j’en suis amoureuse. Oui oui, rien que ça!

Après, je pense que c’est un choix et un investissement comme un autre. Mais je le jure de ne plus être si faible à l’avenir!

C’était quand déjà la sortie du prochain Iphone ?

Ceylan

Pourquoi il faut boycotter la Saint-Valentin ?

Ceylan
février 11, 2016

Hey la miss rabat-joie est de retour ! Non je ne ferai pas d’article « Idées de cadeaux pour la Saint-Valentin » ou encore « Quelle tenue porter pour la Saint-Valentin« . Et non je ne vous dirai pas qu’il faut absolument fêter cette pseudo-fête de l’amour.

A quoi ça rime déjà ?

A l’époque où j’étais célibataire, cette fête me gonflait au plus haut point. Non, c’était pas vraiment cool de voir tous les couples se faire une soirée romantique pendant que j’étais seule chez moi.

En réalité, la Saint-Valentin sert juste à rappeler aux célibataires qu’ils sont seuls, un point c’est tout. Maintenant que je suis en couple, je me suis déjà dit « je fêterais bien la Saint-Valentin juste pour voir à quoi ça ressemble ». J’ai testé et bien… C’était vraiment pas transcendant. Je ne me sentais pas du tout supérieure aux célibataires ou mieux qu’eux. Je me sentais surtout coincée dans un format de société qui nous oblige à nous ranger dans des cases. « Les amoureux fêtent la Saint-Valentin et les célibataires dépriment chez eux », voilà ce à quoi on veut nous faire croire. Et bien je dis non! Non à ce formatage, non aux chocolats en forme de cœur (quoi que…), non au resto et non aux mots-doux sortis de nulle part juste pour l’occasion.

Mais je dis oui à l’amour de chaque jour. Oui à la fête des célibataires. Et puis d’ailleurs, vous savez qui c’est Valentin? Est-ce que quelqu’un ici connait un tant soi peu l’histoire de la Saint-Valentin? Allez on ne vous en voudra pas, avouez, vous le fêtez juste parce que tout le monde le fait ?

Gros fail…

Après ce monologue, j’aimerais vous avouer quelque chose… Je vais quand même fêter la Saint-Valentin cette année… Non ne me jugez pas, j’ai succombé à la pression c’est tout. En fait pas du tout, j’ai juste accepté un repas entre « couples ». Enlalala, ça, ça fait vraiment cliché! Le repas entre couples, quelle horreur. Si l’on m’avait dit il y a quelques années que je célèbrerais la Saint-Valentin entre couples, jamais j’y aurais cru!

Cliché

Mais je me pose des questions quand même… Pourquoi ai-je tant de mal à accepter cette fête ou les repas entre couples ou encore les photos de couples en fond d’écran du smartphone (encore moins de l’ordi)? Parce que je déteste tout ce qui est cliché, je ne supporte pas ça. Mais si toi, tu aime faire tout ce que je viens de citer et que tu assumes pleinement, surtout ne te sens pas visée par cet article. Ce message ne vise personne, j’ai juste essayé de retranscrire par écrit une réalité de la vie…

Oui je fête la Saint-Valentin et oui, nous le faisons tous parce que les autres le font!

Allez, je vous laisse… Et au fait, bonne fête avec votre chéri hein 😀

 

Hey, dernière chose! Vous pouvez m’apercevoir ici pour une collaboration avec Westwing, un site de vente de décos et designs trop canons!

Découverte : Now Magazine

Ceylan
décembre 22, 2015

Avis aux amoureux de belles plumes, cet article est fait pour vous !

 

Mais d’abord, une devinette !

Je suis en papier mais j’existe aussi en version électronique. Je suis wallifornien et ma maison d’édition se trouve à Liège. Je suis petit par ma taille mais grand par mon esprit mal placé. Je suis moqueur par moment mais je suis surtout sous le charme de ma région.

Je suis, je suis, je suis… Le NOW Magazine.

Dédicace à toi Julien!

(Désolée pour cette vanne pourrie mais il fallait que je la fasse au moins une fois sur le blog…)

Now Magazine

Quand certains se tentent à l’écriture potable ou, surtout, pas trop désastreuse, d’autres libèrent leurs envoutantes paroles aussi naturellement que se libère… (pfff que des métaphores dégueu me viennent à l’esprit, est-ce normal ? Dois-je penser à consulter ?)…une femme du stress quand elle défait son soutien-gorge. Je parle évidemment du Now Magazine (non, pas par rapport au soutien mais par rapport aux envoutantes paroles…). Ca sent la jalousie vous dites? Oh que non, -si, un peu quand même- c’est de l’admiration et surtout de la fierté car le Now Magazine est made in Liège.

now poelvoorde my fashion revue

De quoi ça parle?

De la Wallifornie et de toutes ses perles rares, de ses artistes, de sa culture, de sa bonne nourriture et de ses bons coins.

Walli…Quoi ? Wallifornie, contraction entre la Wallonie et la Californie, un endroit imaginaire par la forme mais bien réel par le fond. C’est un lieu étrange par moment, beau, drôle, rock’n’roll et parfois dramatique.

Benoit Poelvoorde, Christine & The Queens, Johnny Hallyday, François Damiens, Soko, Charlie Winston ou encore Pierre Kroll font partis des personnalités qui ont laissé leur trace dans les pages du Now.now benoit Poelvoorde my fashion revue

Alors, vous vous dites sûrement qu’avec des noms pareils, le magazine doit certainement coûter la peau du uc. Et non ! Il est gratis, il coûte pas un rond, nada, rien, nothingCapisce? Compris? Pigé? Je m’emballe…

Le magazine est merveilleusement bien écrit, il est de qualité, et il reflète très bien notre chère belle Wallonie. Parfois brusque par ses propos, pas toujours gentil mais surtout avec une grande chaleur humaine, on reconnait là le caractère bien trempé des Walliforniens.

Infos pratiques :

Il est disponible avec le journal La Meuse mais également dans beaucoup d’autres endroits. Pour les pro-2.0, il existe le pendant électronique du magazine: www.nowmagazine.be

Voici son Facebook.

Et son application est également téléchargeable gratuitement sous IOS et sous Android.

Ceylan

Johnnie Walker Blue Label

Ceylan
décembre 13, 2015

J’ai été récemment invitée par Johnnie Walker Blue Label afin de découvrir le court-métrage The Gentleman’s Wager II avec Jude Law comme personnage principal, oui oui rien que ça. Mais aussi pour déguster le fameux whisky Johnnie Walker Blue Label sous différents angles et à travers différents cocktails. J’ai été accueillie comme une reine et l’endroit prévu pour la soirée, le Loft 7, était somptueux.

Moi qui n’étais vraiment pas une grande fan du Whisky, j’ai vraiment pris plaisir à le savourer ce soir-là. Je vous ferai un article spécial avec les différents cocktails que j’ai goutés si jamais vous voudriez tester l’expérience, peut-être pour la soirée du nouvel an 🙂

Avec modération évidemment !

Vous pouvez, vous aussi, découvrir le court-métrage par ici.

johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue johnnie walker blue label my fashion revue

Ceylan

Les gens dans la mode sont antipathiques

Ceylan
novembre 18, 2015

Beaucoup de choses se sont passées ces derniers temps… C’est malheureux ce qui s’est produit à Paris et je suis de tout cœur avec les familles des personnes décédées. J’ai beaucoup pensé à écrire quelques mots sur cette sombre soirée du 13 novembre et puis je me suis dit: « à quoi bon? » Il y a déjà tellement de tensions sur le sujet, pas la peine d’en rajouter. Tout le monde a évidemment son propre avis sur la situation et tout le monde a le droit de penser comme il en a envie. Cependant, n’oubliez pas une seule chose : chaque vie est aussi importante qu’une autre et personne n’a le droit de la ôter de la sorte.

Après cette parenthèse, je commence mon article sur les vilaines personnes de la mode:

Mode -anti- sociale ?

Le monde de la mode est souvent perçu comme une groupe secret dans lequel il est très difficile de se faire une place et les gens font très souvent circuler une image froide d’eux-même. Vu de l’extérieur, les personnes ont souvent du mal à comprendre ce phénomène.

shopping1

Est-ce réellement le cas ?

Ne connaissant pas le monde de la mode de luxe, je ne parlerai ici que de la mode à petite échelle. Je n’évoquerai donc ni de Karl Lagerfeld ou autre grand styliste, ni de Kendal Jenner.

J’ai scindé le monde de la mode en plusieurs catégories de personnes:

1. Les designers:
Les designers sont généralement très sympathiques mais ( il y a toujours un mais) les artistes ont souvent beaucoup de mal à communiquer oralement. La plupart choisissent le stylisme pour laisser parler leur imagination et faire passer des messages a travers leurs créations. C’est là leur façon de communiquer. Certaines personnes pourront penser qu’ils ne sont vraiment pas sociables mais c’est très souvent leur timidité qui leur joue des tours. Il vous suffit d’aller vers eux et vous verrez s’ils sont juste réservés ou vraiment antipathiques.

2. Les relations publiques:
Les RP, ce sont les personnes qui se chargent de la communication d’une marque ou d’un designer. Ici, le niveau de frotte – manche commence à grimper fortement. Je ne mets, évidemment, pas tout le monde dans le même sac. Je côtoie tous les jours des RP très sincères. Mais il faut aussi admettre que beaucoup d’entre elles sont très très (trop) gentilles uniquement pour qu’on leur ponde un article sur une de leur marque.

3. Les journalistes:
Les plus authentiques. Enfin quasi. Vous le savez, un journaliste n’a pas le droit d’écrire ses articles comme bon lui semble. Il doit respecter une ligne éditoriale et il ne peut pas non plus cracher dans la soupe. Par exemple, s’il n’apprécie pas du tout un produit d’une certaine marque très connue, le journaliste ne pourra pas dire du mal de ce produit car le magazine dans lequel il travaille publie sûrement des publicités de cette marque. Qui dit publicités, dit argent. Et qui dit argent dit pouvoir. Donc si un produit ne plaît pas au journaliste, il n’en parlera tout simplement pas. Les journalistes ne sont généralement pas des personnes qui se prennent pour des stars (pas comme d’autres, plus bas). Très sociables, cependant, ils subissent une sorte de pression et de concurrence entre eux. Mais ils adorent tout de même rester entre personnes du milieu.

4. les It girls et les It boys:
Chez nous, on peut dire que c’est la version européanisée de Kim Kardashian. Les It sont connus grâce à leur style vestimentaire, à leur position de leader, à leur carnet d’adresse bien fourni. Bref ce sont les populaires. Dans le genre antipathiques, ils battent tous les records. Ils aiment s’admirer mais surtout être admirés. Ils n’adressent la parole qu’à ceux de leur niveau, considérant tout le reste comme étant en dessous de l’échelle. Souvent très bien habillés, ils aiment attirer le regard en favorisant un style extravagant et tape-à-l’œil.

5. Les blogueuses/ blogueurs:

Le premier mot qui me vient à l’esprit pour cette catégorie c’est : jalousie. Un sentiment de jalousie règne constamment dans la blogosphère. « Elle est connue juste parce qu’elle a la taille mannequin », « son blog est vraiment nul », « elle n’est vraiment pas intéressante », « ses photos sont cheap », « elle n’a pas de style »… et j’en passe des meilleures. Le blog, qui est à la base un support pour s’exprimer librement, est devenu un outil de communication et de marketing. Les blogueuses sont donc en compétition permanente. Les plupart des blogueuses créent des blogs pour recevoir des produits gratos, n’ayons pas peur des mots. Mais une partie d’irréductibles blogueuses résistent encore et toujours à ce phénomène de masse. Et ce sont souvent, ces dernières les plus adorables, les plus simples et les plus authentiques.

 

Les gens qui travaillent dans la mode ne sont donc pas tous antipathiques même si, et c’est mon avis, je trouve que certaines personnes devraient prendre un peu plus de recul par rapport à leur travail ou leur hobby et ne devraient pas s’infliger une telle pression. Au final, pas besoin d’écraser les autres pour réussir, le talent devrait être suffisant.

N’hésitez pas à compléter mon analyse en commentaire si j’ai oublié quelque chose!

Ceylan